Le Vrai Islam
Eclairer les ami(e)s
Erreurs mathématiques du coran

Erreurs mathématiques du coran dans le calcul de l’héritage

Allah fait-il des erreurs mathématiques ?

Souvent quand on parle du coran, les croyants prosélytes le présentent comme une source dans laquelle on peut trouver des "vérités scientifiques". Or, quand on creuse son contenu et on le passe à l'épreuve de la raison, on peut parfois détecter des choses très surprenantes. Parmi ces choses surprenantes, nous avons des erreurs mathématiques qui conduisent à des équations insolubles, dans les règles de calcul de l'héritage.

More...

L'islam n'est pas qu'une spiritualité comme tout le monde le sait. C'est également un sytème juridique qui régit la société. Le coran propose certaines règles pour partager un héritage. Ces règles sont promulguées dans la sourate des femmes (an-Nissa'). Les théologien musulmans ont bâti un système de partage de l'héritage à partir des verset 11, 12 et 176 de cette sourate.

Sourate an-Nissa’, v. 11

Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants: au fils, une part équivalente à celle de deux filles. S’il n’y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse. Et s’il n’y en a qu’une, à elle alors la moitié. Quant aux père et mère du défunt, à chacun d’eux le sixième de ce qu’il laisse, s’il a un enfant. S’il n’a pas d’enfant et que ses père et mère héritent de lui, à sa mère alors le tiers. Mais s’il a des frères, à la mère alors le sixième, après exécution du testament qu’il aurait fait ou paiement d’une dette. De vos ascendants ou descendants, vous ne savez pas qui est plus près de vous en utilité. Ceci est un ordre obligatoire de la part d’Allah, car Allah est, certes, Omniscient et Sage.

يُوصِيكُمُ ٱللَّهُ فِىٓ أَوْلَٰدِكُمْ  لِلذَّكَرِ مِثْلُ حَظِّ ٱلْأُنثَيَيْنِ فَإِن كُنَّ نِسَآءًۭ فَوْقَ ٱثْنَتَيْنِ فَلَهُنَّ ثُلُثَا مَا تَرَكَ وَإِن كَانَتْ وَٰحِدَةًۭ فَلَهَا ٱلنِّصْفُ ۚ وَلِأَبَوَيْهِ لِكُلِّ وَٰحِدٍۢ مِّنْهُمَا ٱلسُّدُسُ مِمَّا تَرَكَ إِن كَانَ لَهُۥ وَلَدٌۭ فَإِن لَّمْ يَكُن لَّهُۥ وَلَدٌۭ وَوَرِثَهُۥٓ أَبَوَاهُ فَلِأُمِّهِ ٱلثُّلُثُ فَإِن كَانَ لَهُۥٓ إِخْوَةٌۭ فَلِأُمِّهِ ٱلسُّدُسُ مِنۢ بَعْدِ وَصِيَّةٍۢ يُوصِى بِهَآ أَوْ دَيْنٍ ابَآؤُكُمْ وَأَبْنَآؤُكُمْ لَا تَدْرُونَ أَيُّهُمْ أَقْرَبُ لَكُمْ نَفْعًۭا  فَرِيضَةًۭ مِّنَ ٱللَّهِ إِنَّ ٱللَّهَ كَانَ عَلِيمًا حَكِيمًۭا

Sourate an-Nissa’, v. 12

Et à vous la moitié de ce que laissent vos épouses, si elles n’ont pas d’enfants. Si elles ont un enfant, alors à vous le quart de ce qu’elles laissent, après exécution du testament qu’elles auraient fait ou paiement d’une dette. Et à elles un quart de ce que vous laissez, si vous n’avez pas d’enfant. Mais si vous avez un enfant, à elles alors le huitième de ce que vous laissez après exécution du testament que vous auriez fait ou paiement d’une dette. Et si un homme, ou une femme meurt sans héritier direct, cependant qu’il laisse un frère ou une sœur, à chacun de ceux-ci alors, un sixième. S’ils sont plus de deux, tous alors participeront au tiers, après exécution du testament ou paiement d’une dette, sans préjudice à quiconque. (Telle est l’) Injonction d’Allah! Et Allah est Omniscient et Indulgent.

وَلَكُمْ نِصْفُ مَا تَرَكَ أَزْوَٰجُكُمْ إِن لَّمْ يَكُن لَّهُنَّ وَلَدٌۭ فَإِن كَانَ لَهُنَّ وَلَدٌۭ فَلَكُمُ ٱلرُّبُعُ مِمَّا تَرَكْنَ مِنۢ بَعْدِ وَصِيَّةٍۢ يُوصِينَ بِهَآ أَوْ دَيْنٍۢ ۚوَلَهُنَّ ٱلرُّبُعُ مِمَّا تَرَكْتُمْ إِن لَّمْ يَكُن لَّكُمْ وَلَدٌۭ فَإِن كَانَ لَكُمْ وَلَدٌۭ فَلَهُنَّ ٱلثُّمُنُ مِمَّا تَرَكْتُم مِّنۢ بَعْدِ وَصِيَّةٍۢ تُوصُونَ بِهَآ أَوْ دَيْنٍۢ وَإِن كَانَ رَجُلٌۭ يُورَثُ كَلَٰلَةً أَوِ ٱمْرَأَةٌۭ وَلَهُۥٓ أَخٌ أَوْ أُخْتٌۭ فَلِكُلِّ وَٰحِدٍۢ مِّنْهُمَا ٱلسُّدُسُ فَإِن كَانُوٓا۟ أَكْثَرَ مِن ذَٰلِكَ فَهُمْ شُرَكَآءُ فِى ٱلثُّلُثِ مِنۢ بَعْدِ وَصِيَّةٍۢ يُوصَىٰ بِهَآ أَوْ دَيْنٍ غَيْرَ مُضَآرٍّۢ وَصِيَّةًۭ مِّنَ ٱللَّهِ وَٱللَّهُ عَلِيمٌ حَلِيمٌۭ

Sourate an-Nissa’, v. 176

Ils te demandent ce qui a été décrété. Dis: «Au sujet du défunt qui n’a pas de père ni de mère ni d’enfant, Allah vous donne Son décret: si quelqu’un meurt sans enfant, mais a une sœur, à celle-ci revient la moitié de ce qu’il laisse. Et lui, il héritera d’elle en totalité si elle n’a pas d’enfant. Mais s’il a deux sœurs (ou plus), à elles alors les deux tiers de ce qu’il laisse; et s’il a des frères et des sœurs, à un frère alors revient une portion égale à celle de deux sœurs. Allah vous donne des explications pour que vous ne vous égariez pas. Et Allah est Omniscient.

يَسْتَفْتُونَكَ قُلِ ٱللَّهُ يُفْتِيكُمْ فِى ٱلْكَلَٰلَةِ إِنِ ٱمْرُؤٌا۟ هَلَكَ لَيْسَ لَهُۥ وَلَدٌۭ وَلَهُۥٓ أُخْتٌۭ فَلَهَا نِصْفُ مَا تَرَكَ ۚوَهُوَ يَرِثُهَآ إِن لَّمْ يَكُن لَّهَا وَلَدٌۭ فَإِن كَانَتَا ٱثْنَتَيْنِ فَلَهُمَا ٱلثُّلُثَانِ مِمَّا تَرَكَ وَإِن كَانُوٓا۟ إِخْوَةًۭ رِّجَالًۭا وَنِسَآءًۭ فَلِلذَّكَرِ مِثْلُ حَظِّ ٱلْأُنثَيَيْن يُبَيِّنُ ٱللَّهُ لَكُمْ أَن تَضِلُّوا۟ وَٱللَّهُ بِكُلِّ شَىْءٍ عَلِيمٌۢ

A partir des versets ci-dessus, un système de partage d'héritage a été mis en place dans le droit islamique. Il est résumé de manière simplifié, dans le tableau ci-dessous. Seuls les cas qui nous intéressent pour illustrer le problème sont exposés.

Héritier

Part de l'héritage

Épo​ux

1/2 (si pas d’enfant)

1/4 (si enfants)

Épouse

1/4 (si pas d’enfant)

1/8 (si enfants)

Fils

Ta’ssib : le reste après avoir donné aux autres héritiers

Fille unique

1/2

Filles

2/3 (si pas de fils)

1/2 de la part des fils

Père

Ta’ssib : (si pas d’enfants)

1/6 (si enfants)

Mère

1/3 (si pas d’enfant)

1/6 (si enfants)

Soeur unique

1/2

Soeurs

2/3 (si pas de frères)

1/2 de la part des frères

Quelques exemples de cas problématiques

Maintenant voici la liste de cinq cas de figure, pour lesquels nous aboutissons à une équations insolubles si nous appliquons la méthode de calcul tirée de ces versets coraniques et promulguée dans le Fiqh (jurisprudence islamique).

1) Une défunte laisse un époux, une mère et une soeur

Époux

Mère

Soeur

Total

1/2

1/3

1/2

8/6


2) Une défunte laisse un époux, une mère et deux soeurs

Époux

Mère

2 Soeurs

Total

1/2

1/3

2/3

9/6

3) Un défunt laisse une épouse, trois filles et une mère

Épouse

3 Filles

Père

Mère

Total

1/8

2/3

1/6

1/6

27/24

4) Une défunte laisse un époux, trois filles et une mère

Époux

3 Filles

Père

Mère

Total

1/4

2/3

1/6

1/6

15/12

5) Une défunte laisse un époux, une fille et une mère

Époux

Fille

Mère

Père

Total

1/4

1/2

1/6

1/6

13/12

Conclusion

Si le coran est la parole de dieu, peut-on envisager que dieu fasse des erreurs mathématiques ?

Comme vous pouvez le constater, dans ces cinq cas de figure la somme des parts d'héritages de tous les protagonistes dépasse les 100%. Ceci revient à dire que les ratios proposés dans le coran, ne peut être appliqués... Le calife 'Omar avait décidé de baisser la part de chacun pour au final faire bénéficier tout ceux ayant droit.

La question qui se pose, qui est responsable de ses ratios ? Sachant que le coran est considéré la parole du dieu Allah, est-ce lui qui s'est trompé dans ces ratios ? Allah n'est-il pas capable de trouver des ratios valables pour tous les cas de figure ? Et à partir de là, on peut légitimement se poser la question suivante : le coran est-il divin ou humain ?

About the Author Amin Irdas

Blogueur et essayiste pour Levraiislam.com, je creuse les sources de l'islam pour y extraire les clés de compréhension des phénomènes socio-politiques que nous subissons.

follow me on:

Leave a Comment:

16 comments
Samya Peyrolo says 26 octobre 2017

Une excellente page.
Merci Amin
Tu devrais faire d’autres pages comme ça.

Reply
    Amin Irdas says 5 novembre 2017

    Merci Samya pour tes encouragements

    Reply
France Boute says 8 novembre 2017

Un très bon travail. Rigoureux, clair, et intéressant.
Fait-nous d’autres pages comme celle-ci.

Reply
    Amin Irdas says 8 novembre 2017

    Merci bien

    Reply
K-Lel says 28 mars 2018

Bonjour, peut-être que lors de la retranscription les copistes (scribes) se sont trompés et les erreurs sont restées.

Reply
    Albert bou says 28 mars 2018

    Va pas dire ça à des musulmans qui pensent que le coran est la parole de dieu au mot prêt et qu’il est resté inchangé depuis sa « révélation »… Ils ne seront pas content….
    En réalité, il y a de nombreux coran. beaucoup de versions ont été brûlées aussi. Mais de toute façon, cela ne remet pas en cause qu’un livre soit disant de dieu avec des erreurs et forcément une arnaque….
    D’autant plus qu’il n’y a pas que cela comme âneries dans le coran… Il y en a plein…

    Reply
Moussa MOHAMEED says 3 mai 2018

Je regrette beaucoup de vos propos,vous n’avez rien compris.vos calculs sont nuls déjà.savez vous les ayants droits ,la privation de certains héritiers et pourquoi? vous avez menti apropos de Omar. Omar a utilisé la formule privation pour des causes précises. Pour être correcteur il faut comprendre la matière. Les mécréants auront plus tard le châtiment qu’il leur méritent le jour ou le regret ne le sert à rien

Reply
Critiquement says 23 juillet 2018

Tu n’as pas encore compris l’astuce de résolution de ces problemes. Qui est du domaine des mathématique

Reply
trollnewnew says 12 août 2018

1) Il faut faire disparaitre la mère de la défunte, comme ça 1/2 + 1/3 + 1/2 – 1/3 = 8/6 – 2/6 = 6/6
2) RIP l’époux cette fois: 1/2 + 1/3 + 2/3 – 1/2 = 9/6 – 3/6 = 6/6
3) Le coupable est l’épouse. 1/8 + 2/3 + 1/6 + 1/6 – 1/8 = 27/24 – 3/24 = 24/24
4) Punaise mais on lui en veut à ce pauvre veuf ou quoi ? 1/4 + 2/3 + 1/6 + 1/6 – 1/4 = 15/12 – 3/12 = 12/12
5) Bon bah si la fillette disparait, comme ċa on retombe sur le bon vieux 1/2 pour l’époux, 1/6 pour la mère et Ta’ssib pour le père.

Il suffisait de faire quelques maths simples pour lire entre les lignes 😉 😉

PS: il y a une typo dans le point 3, tu as laissé « un » épouse. Et tu as oublié de mentionner le père dans les points 3, 4 et 5.

Reply
    Amin Irdas says 15 août 2018

    Merci pour ton message

    Reply
Tarik says 17 août 2018

L’ensemble de vos calculs sont faux : Vous avez simplifiez tout ceci en vue d’arriver là ou votre cœur penche le plus, c’est à dire la mécréance.

Voici pour démonstration ;
Dans le cas de la défunte qui laisserais un époux une mère et une sœur ;
La première moitié allant à l’époux, il restera une moitié, puis de cette moitié nous prélèverons 1/3 pour la mère, là il reste donc pour ainsi dire 33,33% puis nous prélevons 1/2 sur ce qui reste et il restera 1/6 ième. Je ne prétends pas que la démonstration se termine ici ni même qu’elle soit juste, toutefois dans la jurisprudence les juristes ne se comporte pas de votre manière. En faisant des tours de passe passe vous croyez pouvoir atteindre à la parole du Très-Haut ? Ici ce ne fut qu’une démonstration en vue de montrer que votre logique est complétement bête et spéculative. Bien évidement les pro démontage de croyance seront là à baver face à votre sois disant démonstration. Je ne suis pour ma part ni mathématicien, ni savant. Chacun reste à sa place et vous devriez le faire également. Je vais aller étudier plus profondément ces points en faisant un travail de fond et je reviendrais ultérieurement avec des explications moins vaseuses que les vôtres. Encore une fois, noter que votre logique est emprunte d’idiotie, lorsque nous commençons du premier ayant droit au dernier nous commençons par donner une part et le recalcule se fait sur la part restante, nous n’allons pas additionner bêtement les parts des uns et des autres tout en ignorant ce que les défunts possède.

Reply
    Amin Irdas says 20 août 2018

    Les seules idioties sont celles de Allah dans son coran, qui traite les gens de singes et cochons, demande de les combattre jusqu’à ce qu’ils se convertissent ou bien de prendre de l’argent en les humiliant, qui demande 1/5 du butin de guerre pour lui et son prophète…

    Les calculs sont justes et connus des oulémas. Ils ont dû tordre les ratios depuis l’époque des califes pour remédier aux erreurs du coran…

    Le seul point intéressant dans ce que vous dîtes est celui de creuser les sources. Vous devriez le faire. Je vous encourage vivement. C’est ce que j’ai fait et c’est ce qui m’a permis de comprendre la supercherie de l’islam.

    Bonne lecture.

    Reply
Frédéric et Isabelle BOURDET says 20 août 2018

La doctrine du coran incréé est un gros problème pour les musulmans.
La moindre erreur détruit la doctrine.
Et il y a plein d’erreurs et de vielles croyances dans le coran. Ainsi que des légendes juives qui n’ont rien à faire dans ce texte.
Mais j’ai lu que la doctrine du coran incréé n’a pas toujours existé. Elle est apparue entre 817 et 847, pendant les Abbassides à Bagdad.

Reply
    Amin Irdas says 20 août 2018

    Merci pour votre message. Effectivement cette doctrine est à la fois problématique mais également ridicule, vu que les sources même de l’islam montrent le contraire.

    Reply
Frédéric et Isabelle BOURDET says 20 août 2018

Ah oui ?
« les sources même de l’islam montrent le contraire »
Voilà un bon sujet d’article, alors.

Reply
    Amin Irdas says 24 août 2018

    Très bonne idée 🙂

    Reply
Add Your Reply